Éducation positive #3 – le clicker training

Un clicker basique

Le clicker, un banal objet qui peut représenter tellement dans l’éducation d’un chien. En éducation positive, ce petit outil peut-être d’une grande aide dans l’apprentissage des bons comportements chez notre canidé. Toutefois, cette méthode d’apprentissage n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît. Le clicker training demande beaucoup de patience et de rigueur.

Pour ma part, j’ai connu le clicker assez tôt, mais j’ai compris la méthode assez tardivement. J’ai fait bon nombre d’erreurs… Des erreurs de débutants qui m’ont poussé à penser que le clicker était un objet sans intérêt. Puis un jour, lorsque j’ai voulu apprendre des tricks à Eyka, mon berger australien, je me suis penché plus sérieusement sur la méthode. Pour cela, j’ai lu des articles sur internet, j’ai regardé des vidéos sur Youtube et j’ai parcouru des livres, notamment celui de Monika Sinner : “Éduquer son chien au cliqueur” aux éditions Ulmer. Aujourd’hui, j’ai forgé ma propre expérience, j’ai adapté le clicker training aux besoins de mes chiens et j’ai entièrement revu ma copie. Dorénavant, je peux dire que je suis un grand adorateur du clicker training.

Le clicker… quoi ?

Le clicker se présente comme un petit boîtier de différentes formes. Il est composé d’une lamelle métallique et lorsque l’on presse dessus, il émane le bruit “clic-clac”. Dans les faits, cet objet paraît banal… Toutefois, pour les débutants il peut vite se présenter tel un casse-tête chinois. Et pour cause, j’avoue avoir eu du mal à comprendre le cheminement selon lequel mon chien comprend ce à quoi correspond le bruit dégagé par le clicker.

Certains diront qu’ils préfèrent être extravertis et récompenser leur chien avec la voix et ne voient pas l’utilité du clicker. Pour ma part, j’adore cet outil et je récompense autant vocalement qu’en suivant les principes du clicker training. Selon moi, le clicker ne peut pas être égalé par des éclats de voix, même pas par la treat and train. Bien que, la treat et le clicker peuvent rapidement être complémentaires, le distributeur à friandises est moins facilement portable que le clicker.

Comment initier le clicker au chien

Le clicker training s’utilise chez les chiens qui aiment les friandises. Effectivement, pour un chien peu gourmand, il sera difficilement possible de pouvoir utiliser le clicker. Vous l’avez alors compris, le clicker training fait appel au besoin primaire du canidé : la nourriture. Un principe de base utilisé autant en méthode d’éducative positive qu’éthologique, les méthodes qui vont dans le sens du chien.

Ici, je demande à Ness d’aller se placer dans la boîte. Lorsqu’elle y est, je clique et je récompense immédiatement

Dans l’utilisation du clicker, la première étape est la plus importante. Il s’agit du conditionnement du chien au clicker. Pour ce faire, on va présenter des friandises au chien. Lorsque celui-ci en mange une, on appuie sur le clicker. Le chien doit alors se dire : “tient à chaque fois que je mange une friandise, le boitier fait un drôle de bruit”. Une fois le conditionnement opéré, vous n’aurez, normalement, plus besoin de réitérer cela. Et pour cause, le chien comprend que lorsqu’il propose quelque chose, il obtient une gratulation et du bien en retour.

Par ailleurs, le timing est très important dans l’usage du clicker. Dès que le chien entreprend quelque chose il est impératif de immediatement cliquer. Le clic doit permettre au chien de comprendre qu’il est sur la bonne voie d’apprentissage. Dès lors, l’animal proposera, logiquement, tout un tas de comportements. Seul celui qui sera voulu sera cliqué, les autres seront ignorés.

Maintenant que le chien connaît parfaitement le clicker, vous pouvez commencer à apprendre de nouveaux tricks et à figer les bons comportements. Pour cela, toutes les démarches entreprises par le chien, et allant dans le bon sens, doivent être cliquées et récompensées.

Les erreurs fréquentes en clicker training

Tout comme moi, vous connaîtrez des loupés ! La principale erreur à éviter est : “je clique et je ne récompense pas”. Généralement, cette erreur survient du timing qui n’est pas toujours respecté, comme un clic au mauvais moment par exemple. Mais il est impératif de toujours récompenser lorsqu’on actionne le cliqueur. Effectivement, dans le cerveau du chien “clic” = “récompense”. Dès lors, si l’on clique et que l’on ne donne pas en retour, la crédibilité du clicker chez le chien est minimisée et elle peut en arriver au point où le chien se désintéressera définitivement du clicker.

Le principe même du clicker training est de renforcer les bons comportements du chien. Il est, alors, impératif de récompenser tous les clics, même les loupés.

La seconde erreur à éviter est celle d’utiliser le clicker comme objet de rappel. Trop de personnes utilisent cet objet pour attirer l’attention du chien vers eux. En effet, dès que l’animal fait autre chose, ces personnes cliquent à plusieurs reprises sur le clicker et le chien, comme il pense qu’il obtiendra une friandise en retour, retourne vers son maître. Mais en suivant ce procédé, le canidé pensent que lorsqu’il était occupé à renifler une motte de terre, par exemple, il a proposé un bon comportement. Dès lors, utiliser le clicker comme un objet de rappel n’est pas du tout une solution en soit. Loin de là, en plus de réduire à néant le conditionnement initial du clicker, on renforce, sans le vouloir, de mauvais comportements chez le chien.

Comment choisir son clicker ?

Différentes sortes de clickers

Des clickers, il en existe des milliers de sortes. Sur certains, on peut même choisir l’intensité du bruit. Pour ma part, je prends vraiment le clicker basique. Bien évidemment, je le teste avant de l’acheter, pour ne pas tomber sur un produit défectueux, mais je pense que les clickers les plus simples sont les plus efficaces.

Je vous en avais rapidement parlé, dans un précédent article, mais lorsque j’ai récupéré Ness, mon spitz des visigoths, j’avais fait le choix de faire l’entièreté de son éducation au clicker. Un pari que je n’ai pas pu remplir. Et pour cause, sur certains points je trouvais que le clicker pouvait être handicapant et pas forcément nécessaire. Toutefois, sur les ordres de bases, tels que les positions le clicker a été d’une grande aide. Aujourd’hui, je pense que le clicker a permis de faire de Ness, une petite chienne bien dans ses pattes et c’est le résultat que je souhaitais par-dessus tout.

Laisser un commentaire