Éducation positive #2 – Le leurre et le shaping

Eyka et Ness en rappel lors d'une balade

En éducation canine, plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés et pour enseigner les bons comportements au chien. En éducation naturelle, on peut avoir recours au leurre ou au shaping. Des mots très savants que j’ai mis du temps à comprendre !

Pour ma part, je mélange souvent les deux pour apprendre quelque chose à mes chiens. Effectivement, dans certains cas, cela me paraît trop abstrait d’apprendre quelque chose avec le “shaping”, du coup je préfère le leurre. Toutefois, dans un cas comme dans un autre il faut toujours s’armer de patience et travailler efficacement ! Sur internet, ou encore dans les bouquins, on lit qu’il faut éviter d’exercer son chien lorsqu’on est fatigué ou énervé. Chose vraie ! On va éviter de faire monter la pression et opter plutôt pour une balade avec son chien, ça détendra tout le monde !

Que signifie “leurrer son chien” ?

Leurrer un chien signifie que l’on a recours, le plus souvent, à une friandise, ou un objet qui plaît au canidé, pour obtenir le comportement souhaité.

Le magnifique regard de Ness

Un exemple simple : pour apprendre au chien à s’asseoir, l’on place une friandise au niveau du museau du chien. Celui-ci, voudra l’avoir et vous léchera le bout des doigts. Il est, alors, focalisé sur la nourriture. Pendant ce temps, vous guider le chien vers la position assis. Pour cela, vous “poussez” la friandise vers le chien. Le chien aura, logiquement, l’attitude de s’asseoir. Une fois assis, vous pouvez alors récompenser le chien avec la friandise, mais aussi avec la voix en flattant et, s’il apprécie, avec les caresses. Pour bien ancrer le comportement voulu dans le cerveau du chien, on répète l’action jusqu’à acquisition complète du “assis”.

On fera de même pour obtenir les positions “couché” ou même “debout”. Le leurre peut aussi être efficace pour apprendre au chien à marcher en laisse ou sans laisse. Mais, cette méthode est très vite limitée. De plus, il est important que les chiens et les maîtres ne soient pas dépendant du leurre. Comme tout le monde, je me suis retrouvé à ce que mon chien fasse ce que je lui demande, uniquement si j’avais la friandise dans les doigts… C’est ce que j’appelle le piège du leurre !

Le piège du leurre !

Trop de leurre tue le leurre. À trop vouloir leurrer son chien, le chien finit par se dire : “le comportement qu’il me demande c’est de suivre la friandise et c’est tout”. Les chiens ne savent pas se concentrer sur plusieurs choses à la fois. Lorsqu’ils sont fixés sur la friandise, ils ne se rendent pas compte de ce qu’il se passe autour. C’est pourquoi, lors d’une séance d’éducation au leurre, il faut arriver, au terme de la session, à ce que le chien sache accomplir le comportement voulu sans le leurrer. Il faut le pousser à réfléchir et lui dire : “Je te guide au début de la séance avec un leurre, mais je veux que tu réfléchisses par toi-même et que tu trouves le comportement qui t’as permis d’obtenir la friandise”.

Les avantages du leurre

Ness lors d'un couché

Il me semble que c’est la méthode la plus répandue et la plus conseillée, autant dans les clubs canins que par les vétérinaires. De plus, le leurre offre un apprentissage rapide et respectueux de l’animal. En ayant recours au leurre, le chien reste motivé et apprend avec plaisir. Enfin, la méthode du leurre est à portée de tous ! Elle s’adresse autant aux maîtres débutants qui ne connaissent rien au chien, qu’au chien qui n’a reçu aucune éducation de base.

Les inconvénients du leurre

Le principal inconvénient du leurre, c’est ce que je vous disais un peu plus haut : “le piège du leurre”. En effet, trop utiliser le leurre rend le binôme maître/chien dépendant de la friandise et il est très difficile de s’en sortir, puisque le chien n’obéit plus que quand son patron a un gâteau dans les mains. Personnellement, à mes débuts, avec Eyka mon berger australien, j’ai détourné le piège du leurre, en repartant à 0. C’était un choix, mais au moins, aujourd’hui elle a compris ce que je lui demandais sans avoir, forcément, toujours recours à la friandise devant le nez.

Ness en debout lors d'une balade

Le second gros problème de la méthode du leurre, ne réside pas dans la méthode en elle-même, mais plutôt sur le facteur humain. En effet, avec les chiens il faut s’armer de patience et prendre le temps de fixer tous les bons comportements. Pour nous, cela nous semble logique et totalement évident, mais pour l’animal pas toujours. Notre gestuelle peut l’induire en erreur et très souvent on ne s’en rend même pas compte. On estime, alors, que le chien est fautif et on est tenté à basculer dans une méthode qui n’est plus du tout positive. On tombe dans le côté obscur de l’éducation canine, les méthodes coercitives. Notez la référence geek, rappelant comment le naïf Anakin Skywalker s’est laissé tenter par le vil Dark Sidious dans la saga Star Wars…

Bref, reprenons le cours de notre récit. Je disais donc que l’on tombait dans une éducation “forcée”. Le plus souvent, cela se caractérise par des personnes qui appuient sur l’arrière-train du chien pour qu’il s’assoie… La patience est la clef du succès ! Si vous êtes perdus n’hésitez pas à vous renseigner d’avantages et à demander des conseils à des personnes plus expérimentées. Pour l’amour de vos chiens, jeunes padawans trouvez votre maître Jedi !

Shaping, le shap… quoi ?

Dans mon club canin, lorsque je donne des cours d’éducations et que j’explique ce qu’est que le “shaping”, les adhérents me regardent avec des yeux énormes ! Comme quand Sacha, le dresseur phare de l’animé Pokémon, rencontre une nouvelle bestiole super rare.

Ness lors de l'exercice du rappel

”Shaping” est un terme emprunté de l’anglais. Le verbe “to shap”, se traduit en français par le terme “façonner”. De fait, la méthode du shaping signifie que nous “construisons” un nouveau comportement chez le chien. Intéressant n’est-ce pas ? Mais maintenant, il reste à savoir comment nous “façonnons” un comportement chez le chien.

Pour ma part, je trouve la méthode du “shaping” passionnante, mais parfois très compliquée. Tout d’abord, il est important de préciser que le “shaping” est très souvent utilisé en clicker training. Bref, le mieux pour illustrer la méthode du shaping est de prendre un exemple : apprendre au chien à toucher la paume de ma main.

  • 1ère étage : attendre qu’il regarde la paume de main. Une fois chose faite, je récompense avec une friandise,
  • 2ème étape : mon chien amorce un mouvement vers ma main, je récompense,
  • 3ème étape : mon chien touche la paume de ma main, je récompense,
  • 4ème étape : lorsque mon chien touche la paume de main, j’associe un mot. Par exemple, “touche”,
  • 5ème étape : je donne l’ordre “touche”, mon chien doit venir toucher la paume de ma main. S’il réussit, le comportement est bel et bien fixé !

Le détail de ces étapes n’est pas figé ! En effet, il arrive qu’entre la 1ère et la 2ème étape, il y ait un moment de doute chez le chien. Il se demande ce qu’on lui veut de lui. Dès lors, pour ne pas perdre la motivation du chien, on aura tendance à récompenser à nouveau le comportement de la 1ère étape pour ensuite repartir sur la 2ème étape. En éducation canine, il faut être adepte de : “je fais un pas en arrière pour en faire trois pas en avant”.

Les atouts du “Shaping”

Pour moi, le principal atout du shaping, c’est que ça développe une grande complicité entre le chien et son maître. De plus, votre ami à quatre pattes sera beaucoup plus intuitif et vous proposera beaucoup plus de comportements qu’en ayant recours au leurre. Par ailleurs, le chien a beaucoup plus conscience de ce qu’il fait en “shaping” qu’en méthode au leurre.

Les inconvénients du “Shaping”

Tout comme pour le leurre, la méthode de shaping demande énormément de patience. Effectivement, l’intérêt de cette méthode est de récompenser les moindres étapes accomplies. Avec le shaping, on ne peut pas s’attendre à ce que nous parvenions à apprendre au chien quelque chose en 30 secondes chronos. Cela demande énormément de temps, de persévérance et de patience.

Également, il est important de bien se renseigner avant d’apprendre quelque chose au shaping à son chien. Effectivement, si vous souhaitez que l’animal tourne sur lui-même, il faudra apprendre à décomposer les moindres étapes et les tous petits détails qui offrent une avancée dans ce sens. Sinon, vous allez attendre que votre chien fasse l’exercice et, clairement, cela sera une perte de temps autant pour votre chien que vous. En éducation positive il n’y a pas de place à l’ennui.

Le clicker et le shaping

Les pattes de Ness avec plusieurs clickers

Le clicker est au “shaping”, ce que l’anneau de pouvoir est à Sauron (pour ceux qui ne l’auraient pas saisi, c’est une référence à la génialissime saga “Le Seigneur des Anneaux). L’un est complémentaire de l’autre. Bien évidemment, vous pourrez réussir à enseigner des bons comportements à votre chien sans le clicker. Mais il est vrai, et il faut le reconnaître, le clicker est vachement utile et appui beaucoup la progression du chien.

Lorsque j’ai récupéré Ness, mon spitz des visigoths à l’âge de 6 mois, j’ai voulu faire l’entièreté de son éducation de base au clicker. Certes, cela n’a pas forcément été le cas, mais je dirais que 80% a été fait en ce sens. Bien évidemment, j’ai fait des erreurs, mais à chaque fois, on a essayé d’établir une “rééducation” adaptée à ses besoins.

Laisser un commentaire