Eyka au championnat de France d’agility

Les 10 et 11 juin 2017, avec Eyka, mon berger australien, j’ai eu l’immense honneur de participer au championnat de France d’agility dans le très grand Parc Équestre Fédéral de Lamotte-Beuvron. Un cadre unique et magnifique à la hauteur de cette grande compétition nationale. Un manège aux dimensions démesurées était même en construction en vu des Jeux Olympiques de Paris 2024. Sable blanc et soleil éclatant… tout était réuni pour nous promettre un week-end magique.

Le vendredi soir, lors de mon arrivée, j’ai pu voir l’ensemble des concurrents. Je croise alors des connaissances, des personnes que je ne connais pas, les organisateurs… Bref, un tas de monde. Avec Eyka, nous allons nous balader et explorer le site. Il est tellement grand que même un week-end ne suffirait pas pour tout voir ! Le lendemain matin, alors que je rejoins tous les concurrents de ma région, j’assiste à la cérémonie d’ouverture. Présentation des juges, rappel des règles de savoir vivre et spécificités de parcours, l’organisation détaille toutes les informations qui nous seront utiles tout au long du week-end.

La première manche – l’agility

La compétition débute par une épreuve d’agility. Jugé par Dominique Prin, le parcours est technique et demande une importante présence physique pour guider le chien et le mener au bout. Après ma reconnaissance mes impressions sont plutôt bonnes. J’ai même hâte d’y aller ! Sur les coups de 11:00 du matin, nous nous présentons au départ de l’épreuve. Nous passons la majeure partie des pièges et pourtant… je craque à quelques obstacles de la fin. Nous accumulons deux refus et deux pénalités… Mais voilà, notre histoire sur cette épreuve n’est pas terminée… Loin de la ! Le juge vient me voir et me dit : “Est-ce-que tu peux rester là s’il te plaît ?”. L’angoisse me monte, je me demande ce que j’ai bien pu faire… Finalement, au bout de quelques minutes il me dit que le chrono électronique ne s’est pas arrêté et le manuel ne s’est pas déclenché. Nous sommes donc contraint de repasser. Une aubaine pour moi !! C’était notre dernière grande finale individuelle française ensemble avec Eyka, nous demander de passer à nouveau sur un tel parcours est plus qu’un cadeau ! Illico presto, nous nous re-motivons ! Eyka est en feu et fait un second parcours canon ! Et pour cause, moi qui avait vaguement aperçu 47 secs après notre premier passage, cette fois-ci nous le faisons en 42 secondes ! C’est énorme, 5 secondes de mieux que le premier parcours, sans réel temps de récupération pour Eyka, cela relève de l’exploit.

Nous sortons de cette première manche le sourire aux lèvres et l’émotion m’envahit. Savoir qu’elle est toujours autant partante pour courir à mes côtés et donner tout ce qu’elle a dans le ventre me fait littéralement fondre ! Au terme de cette épreuve, nous parvenons à nous classer à la 61ème sur 110 partants.

Le jumping de la manche 2

20 obstacles et 165 mètres de longueur, telles sont les caractéristiques de ce parcours. Il est technique et certains points sont assez tordus. À la sortie du parcours la haine me monte… La haine d’avoir fait faire une faute à mon chien. La première barre du parcours tombe. Tout le reste est parfait ! À la fin, alors que je place Eyka en position de refus, elle parvient même à rattraper le coup et à nous sauver.

Nous nous classons 42ème de cette manche. Nous remontons même au classement provisoire dans les cinquantes premiers. Mon objectif était presque atteint. Oui, je voulais que l’on se classe dans le premier tier du classement.

Le dernier parcours du championnat de France

Au départ, je me dis que c’est le moment de tout donner pour honorer mon chien et pour que l’on s’amuse ensemble. Le parcours est très technique et tendu, à la hauteur d’une grande finale. À mes yeux, il se révèle comme un véritable challenge. Nous prenons le départ. Eyka démarre à son allure et passé le cinquième obstacle elle explose ! Elle me démontre que même à 7 ans et demi, elle est aussi souple qu’à ses 2 ans. Elle enchaîne les “out” dans le sable et les obstacles difficiles sans montrer une quelconque difficulté. Nous faisons, tout de même, une zone de descente de passerelle. Pour aborder l’obstacle qui suit la passerelle, je suis obligé de coller la descente et je mets, inconsciemment, la pression à Eyka et elle saute la zone.

Nous nous classons 26ème de l’épreuve et parvenons à remonter à la 29ème du classement final ! L’objectif est atteint ! Mais pour moi, le plus important reste le travail qu’a fait Eyka durant ce championnat de France. Elle a tout simplement été splendide ! Je ne pouvais pas rêver mieux pour une fin de carrière.

Revenir sur cette compétition est un pur bonheur. Bien que l’émotion me monte, ce n’est que du positif. Certes, il nous reste encore une année d’agility à vivre ensemble, mais les grandes compétitions sont terminées pour Eyka et moi. L’agility, comme tous les sports, fait vivre des émotions inimitables. Cela va me manquer, mais sa vie de chien est très loin d’être terminée. Nous continuerons à vivre de grandes choses ensemble, je lui en fais la promesse.

Enfin, voici la vidéo de nos passages au championnat de France d’Agility à Lamotte-Beuvron. Seuls deux passages sont présents, en effet, le jumping a été filmé en accéléré et je n’ai pas réussi à la mettre à une vitesse normale, dommage ! Mais cette vidéo reste un beau souvenir pour nous !

Laisser un commentaire